Appuyer sur entrer pour lancer la recherche

Les variétés résistantes au mildiou et à l'oïdium

 

La création de variétés de vignes résistantes aux maladies fongiques ne date pas d’hier : les premiers travaux de sélection de variétés résistantes en France remontent à 1974 et les premières inscriptions chez nos voisins allemands à 1980. Elle s’est significativement accélérée depuis une quinzaine d’années en réponse aux attentes sociétales et environnementales sur la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires. Aujourd’hui nous avons une offre concrète de variétés résistantes au mildiou et à l’oïdium.  

Variétés RESDUR plantées au domaine expérimental
de l'IFV pôle Val de loire-Centre

Qu’est-ce qu’une résistance?

La résistance d’une plante à un agent pathogène est caractérisée par plusieurs critères :

  •  la résistance est contrôlée par un seul gène (résistance monogénique), ou par plusieurs gènes (résistance polygénique)  
  •  le gène de résistance permet un contrôle total de l’infection (résistance totale) ou un contrôle partiel (résistance partielle)
  • La résistance peur être spécifique ou globale

Les Vitis vinifera ont des caractéristiques œnologiques et culturales intéressantes mais pas de résistances aux maladies fongiques alors que les espèces dites sauvages d’origine américaine ou asiatique portent des gènes de résistances au mildiou et/ou à l’oïdium.

Comment créer une variété résistante ?

En France, les programmes de création variétale se basent sur l’hybridation entre des variétés de Vitis vinifera et des espèces dites « sauvages » : la fleur d'un génotype résistant est fécondée par le pollen des fleurs d’une variété de Vitis vinifera, ou l’inverse. La méthode d’introgression permet d’intégrer les caractères de résistances des vignes américaines ou asiatiques dans le fond génétique des vignes européennes. Ce procédé consiste en une série de rétrocroisements des nouvelles variétés obtenues avec Vitis vinifera  afin d’éliminer les caractères agronomiques négatifs hérités des Vitis sauvages porteuses des résistances. Les pépins qui résultent d’une génération sont semés, développant de nouvelles variétés distinctes possédant 50 % du génome de la variété résistante et 50 % de Vitis Vinifera. A la fin des rétrocroisements, la part du génome provenant des espèces sauvages est très réduite et porteuse de l’information génétique la plus intéressante, tels les éléments codant pour la résistance et les caractères d’adaptation au milieu.

Hybridation : étape de la castration pour ne laisser que les organes femelles

Hybridation : étape de la récolte de pollen

Hybridation : étape de la pollinisation

Qu’est ce que la gestion durable de la résistance ?

L’effet des gènes de résistance n’est pas éternel : il peut y avoir une perte d’efficacité dans le temps voire un contournement de la résistance par les bio agresseurs. La durabilité de la résistance d’une variété à une maladie est donc une notion indispensable pour assurer la pérennité de la variété. La gestion de cette durabilité s’appuie sur :

  • un pyramidage des gènes de résistance c’est à dire l’association de plusieurs facteurs génétiques pour limiter le contournement ou l’érosion des résistances.
  • des systèmes de culture adaptés, en particulier les stratégies de protection phytosanitaire
  • une surveillance du déploiement des variétés

La stratégie mise en place dans les programmes de création RESDUR et Genovigne menés par l’INRA et l’IFV est de développer des variétés possédant une résistance polygénique. Jusqu’à 3 gènes de résistance au mildiou (Rpv1, Rpv3 et Rpv10) et 3 contre l’oïdium (Run1, Ren3 et Ren3.2) sont utilisés dans ces programmes.

Utiliser des variétés résistantes ne veut pas dire zéro traitement ! Un minimum de traitements reste obligatoire pour pérenniser la résistance.

Quelles sont les variétés résistantes disponibles ?

Liste des variétés résistantes inscrites au catalogue officiel des variétés de vigne - Retrouvez toutes les caractéristiques de ces cépages sur le site OSCAR

Origine Variété Satut au catalogue officiel
France

INRA-ResDur (polygénique)

  • Floréal B
  • Voltis  B
  • Artaban N
  • Vidoc  N

INRA-Bouquet (monogénique)

  • 3159-2-12 B
  • 3197-81 B
  • 3176-21-11 N
  • 3184-1-9 N

 

Classement définitif

 

 

 

Classement temporaire

Allemagne
  • Bronner B
  • Johanniter B
  • Muscaris B
  • Saphira B
  • Solaris B
  • Souvignier gris B
  • Cabernet Cortis N
  • Monarch N
  • Prior N
Classement défniitif
Suisse
  • Cabernet blanc B
  • Pinotin N
Classement définitif
Italie
  • Soréli B
Classement définitif

 

A quoi sert l’observatoire OSCAR ?

L’Observatoire national du déploiement des cépages résistants (OSCAR) a été créé par l’INRA et l’IFV en janvier 2017 pour :

  • Organiser la surveillance afin d’anticiper les risques liés à l’évolution des populations de mildiou et d’oïdium et à l’émergence de nouvelles problématiques sanitaires 
  • Favoriser le partage d’expériences et l’échange d’informations  sur le comportement des cépages résistants dans différents systèmes de culture pour aider les viticulteurs à construire ces nouveaux itinéraires techniques.
  • Initier une recherche participative entre les vignerons, les interprofessions et les structures de recherche et d’expérimentation

OSCAR est un dispositif participatif. Il est constitué d’un réseau de parcelles en production plantées avec des cépages résistants INRA ou européens, en classement temporaire ou définitif et dont la surface est de plus de 0.2 ha.

Vous souhaitez intégrer votre parcelle dans l’Observatoire ? Retrouvez ici la charte du dispositif.

Quel est le cadre réglementaire des variétés résistantes ?

En France, pour pouvoir produire et commercialiser du vin à partir d’un cépage il faut que ce dernier réponde à deux conditions cumulatives être inscrit au catalogue officiel, et être classé. Certains cépages ne bénéficient que d’un classement temporaire, qui est un régime dérogatoire au classement définitif.  Il permet de planter des parcelles expérimentales, sur des surfaces limitées (1 ha pour une variété) et d’en commercialiser la production en VSIG. Les modalités sont définies par l’arrêté ministériel du 9 mai 2016 dans le cadre du nouveau régime des autorisations de plantation.

Interdit pour une production de vin AOP

A ce jour, il n’est pas possible de planter des variétés résistantes dans le but de produire des vins AOP. En effet, la réglementation européenne interdit la prise en compte des variétés issues de croisements interspécifiques (Règlement (UE) n°1308/2013), ce qui est le cas des cépages résistants (croisements entre des Vitis vinifera et d’autres espèces) !

Premières modifications des cahiers des charges  attendues fin 2018

Les IGP peuvent introduire des cépages issus de croisements interspécifiques dans leurs cahiers des charges et certains syndicats de vin IGP ont ouvert l’intégration des cépages résistants classés au catalogue national dans leur cahier des charges. Les modifications sont attendues d’ici fin 2019. Selon les bassins de production, les variétés résistantes classées définitivement sont éligibles aux aides à la restructuration.

Quelle valorisation régionale de ces variétés résistantes ?

Certaines variétés résistantes sont plantées et étudiées au Domaine Expérimental de l’IFV à Montreuil-Bellay (49), dans le cadre de la Plateforme de Recherche et d’Expérimentation. Le projet Valoeres conduit par l’IFV depuis 2018 étudie d’une part comment ces variétés résistantes peuvent s’inscrire dans la production de vins régionale, selon le type de produit (vins tranquilles, effervescents, blancs, rouges, rosés, moelleux etc.), en utilisation « mono-cépage » ou en assemblage avec nos cépages traditionnels, et d’autre part l’acceptabilité de ces nouveaux produits par les acteurs de la filière.

Par ailleurs, InterLoire via une convention avec l’IFV et l’INRA, soutient un programme de création variétale issue de cépages régionaux (melon, chenin et sauvignon).

 

Sources :

Inscrivez-vous à notre newsletter