Appuyer sur entrer pour lancer la recherche

Utilisation du cuivre en viticulture

Le cuivre est le seul produit efficace homologué dans la lutte biologique contre le mildiou et la nécrose bactérienne. Il est aussi reconnu pour avoir des effets secondaires sur le black-rot. Le cuivre est donc indispensable pour les vignerons en lutte biologique. Du fait de sa toxicité envers les micro-organismes du sol, les organismes aquatiques et en l’absence d’alternative efficace, les traitements doivent être réfléchis dans une stratégie économe en cuivre. Voici quelques clés pour raisonner au mieux vos traitements cupriques.

Rappel réglementaire

Il n’existe pas de réglementation limitant l’utilisation du cuivre en viticulture conventionnelle. En revanche pour les exploitations certifiées en agriculture biologique, le règlement européen (889/2008) limite son utilisation à 6 kg/ha/an de cuivre métal sur une moyenne de 5 ans. Cette limite est en discussion pour être diminuée à 4 kg/ha/an.

Mode d’action

  • Le cuivre est un produit de contact uniquement préventif. Il a un effet fongicide dû à la destruction des spores de mildiou et de black-rot.
  • Le cuivre intervient dans le métabolisme des protéines de la plante favorisant, entre autres, la synthèse de composés comme le résveratrol, les phénols totaux, les anthocyanes, les peroxydases,… connus pour être des marqueurs de réaction de défense de la vigne.
  • Le cuivre aurait un rôle dans le métabolisme de l’azote : une carence conduirait à un excédent d’azote soluble attirant les ravageurs et favorisant le développement des maladies.

 

Inscrivez-vous à notre newsletter