Appuyer sur entrer pour lancer la recherche

Utilisation du cuivre en viticulture

Le cuivre est le seul produit efficace homologué dans la lutte biologique contre le mildiou et la nécrose bactérienne. Il est aussi reconnu pour avoir des effets secondaires sur le black-rot. 

Du fait de sa toxicité envers les micro-organismes du sol, les organismes aquatiques et en l’absence d’alternative efficace, les traitements doivent être réfléchis dans une stratégie économe en cuivre. D'autant que depuis février 2019, l'utilisation du cuivre métal est plafonnée à 28 kilos par hectares sur sept ans. Soit une dose annuelle de 4 kg par hectare avec possibilité de lissage. 

Voici quelques clés pour raisonner au mieux vos traitements cupriques.

 

Mode d’action

  • Le cuivre est un produit de contact uniquement préventif. Il a un effet fongicide dû à la destruction des spores de mildiou et de black-rot.

  • Le cuivre intervient dans le métabolisme des protéines de la plante favorisant, entre autres, la synthèse de composés comme le résveratrol, les  phénols totaux, les anthocyanes, les peroxydases,…connus pour être des marqueurs de réaction de défense de la vigne.

  • Le cuivre aurait un rôle dans le métabolisme de l’azote : une carence conduirait à un excédent d’azote soluble attirant les ravageurs et favorisant le développement des maladies.

 

Les 3 formes de cuivre les plus utilisées

Une étude de l’IFV  montre que les différences entre formulations  vis-à-vis de la résistance au lessivage ne sont pas significatives. Selon ces essais, l’intérêt d’associer plusieurs formes de cuivre est discutable. Le choix d’un produit se baserait alors sur la facilité d’utilisation, le prix et la phytotoxicité

Comment calculer une dose de cuivre ?

  • Dans les bulletins phytosanitaires, lorsqu’elle n’est pas précisée, il s’agit de la dose de cuivre métal.

Dose de cuivre métal =  dose de spécialité commerciale x  % en cuivre de cette spécialité

Exemple : la bouillie bordelaise contient 20% de cuivre. Apportée à la dose de 4 kg/ha, cela fait : 4 kg x 20% = 0,8 kg de cuivre métal / ha.

  • correspondances quantité cuivre métal par hectare souhaitée et quantité spécialité par hectare à apporter :

 

Seule la pluviométrie a une incidence sur le lessivage 

30 à 40 % du cuivre est lessivé après 20 mm de pluie, quelle que soit la formulation. Les pluies suivantes n’entraînent qu’un lessivage modéré. Il est donc plus efficace d’effectuer de faibles doses de cuivre renouvelées régulièrement. L’ajout d’adjuvent terpénique favorise l’adhérence et limite le lessivage.

Stratégie de traitement économe de cuivre

S’informer sur la pression sanitaire 

La modélisation des risques parasitaires permet d’évaluer de manière objective ces risques. Les données fournies par l’IFV permettent d’éditer des bulletins techniques (BSV, chambres d’agriculture, www.techniloire.com).  Ils sont une aide à la décision indispensable pour positionner le premier traitement et les renouvellements.

 

Positionner le premier traitement

Le positionnement du premier traitement est primordial dans la réduction des doses et dans l’efficacité des traitements de la campagne. Il ne doit pas âtre lié au stade de la vigne mais au risque de contamination. Trois points doivent être réunis avant de démarrer la protection :

  • maturation des œufs de mildiou
  • Vigne au stade « éclatement du bourgeon
  • Présence d’eau libre sur le sol et sur les feuilles
  • Température moyenne de  11°C

La qualité de la pulvérisation, la date par rapport à la pluie contaminatrice font l'efficacité du traitement

Renouveler  la protection

Les renouvellements se décident :

  • si une pluie contaminatrice est annoncée
  • si le dernier traitement est lessivé
  • s’il y a de nouvelles pousses non protégées.

Dans le Val de Loire, il est  retenu un seuil de renouvellement de 15 à 20 mm de pluie pour des doses de 200 à 400 g de cuivre selon l’ampleur de la végétation.

Le dernier traitement est généralement conseillé au stade véraison voire mi-véraison dans les zones sensibles. Pour les plantiers, la couverture doit aller jusqu’à mi-septembre en respectant le délai avant récolte (21 jours).

Optimisation des doses

Dans la pratique, les vignerons du Val de Loire utilisent entre 200 et 500 g/ha/application. Les variations de dose dépendent de la :

  • Hauteur de végétation
  • Sensibilité parcellaire
  • Pression parasitaire
  • Présence ou non de mildiou

Diminution des doses, quelle piste ?

  • Une réduction des doses de cuivre est possible : un grand nombre d'études conclue qu'une diminution de moitié d'une dose (1.5 kg/ha de cuivre métal contre 3 kg/ha) a une efficacité identique ou très comparable à une utilisation pleines doses sauf en cas de forte pression.. Des essais menés sur melon B. par la Chambre d’agriculture de Loire Atlantique tendent à montrer que 500 g de cuivre métal par application n’apportent pas plus d’efficacité que 300 g. Mais la diminution des doses de cuivre entraine une prise de risque plus importante et la présence inévitable de mildiou sur feuille et sur grappe en cas de forte pression. 
  • La qualité de la pulvérisation, la prophyllaxie (effueillage, ébourgeonnage, épamprage,..) sont alors essentiels pour limiter les risques
  • L'association avec des méthodes alternatives (biocontrôles, tisanes, décoctions,...) et le recours aux variétés résistantes peuvent permettre de diminuer les doses de cuivre. 

 

Inscrivez-vous à notre newsletter